Skip to content

Association Française de Shuai-Jiao | French Shuai-Jiao Association

Narrow screen resolution Wide screen resolution Increase font size Decrease font size Default font size
Accueil arrow Tai Ji Quan arrow Présentation
Présentation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

Le Tai Ji Quan prend sa source dans la philosophie classique chinoise illustrée par le symbole du yin et du yang et l'interaction des cinq éléments..

Pour ceux qui n'ont pas encore approché la culture chinoise, le fondement de ces principes reste un peu mystérieux. En réalité, l'approche du Tai Ji Quan comme exercice de santé est beaucoup plus simple qu'il n'y paraît et son explication scientifique reste valable pour tous les styles qui sont basés sur des principes communs.

Dans la pratique, il convient de se conformer à quelques exigences essentielles :

- L'attitude mentale
Si le mental reste préoccupé, il n'y pas de concentration possible. Il faut donc instaurer le calme afin de se dédier totalement à pratique.

- La détente corporelle
La lenteur d'exécution des mouvements permet d'adopter une attitude corporelle souple et confortable et apaise la respiration qui devient plus profonde. La pensée précède le mouvement, le dirige et le contrôle dans un corps libéré des tensions.

-      L'attention
Contrairement à certaines gymnastiques occidentales qui se caractérisent par des enchaînements cadencés, le Tai Ji Quan se définit par une dynamique fondamentalement fluide, une constance dans le rythme qui exploite toutes les orientations spatiales. Mouvements exécutés à gauche et à droite, coordination entre le haut et le bas du corps, avance et recul, variété des techniques, autant d'éléments qui ne laisse pas place au moindre degré de monotonie. L'attention apportée à l'exécution des mouvements permet de détourner l'esprit de ses sources de préoccupation et d'annuler les effets des émotions négatives (colère, angoisse, peur, jalousie, envie, …). Elle met au repos certaines parties du système nerveux central. Il est alors possible de retrouver un esprit serein.

- La concentration
Le maintien de la concentration est nécessaire aussi bien pour la bonne exécution de l'enchaînement (un manque de concentration nuit immédiatement à sa fluidité) que pour le contrôle et la précision des mouvements (position des pieds, des mains, des épaules, des coudes, du bassin, de la tête, du regard…).

L'investissement neuro-moteur est conséquent, la coordination des différentes parties du corps dans une dynamique d'harmonisation s'avérant être l'objectif premier.

Un contrôle continu s'exerce sur différents points :

- verticalité de la colonne vertébrale
- relâchement de la nuque, des épaules, des coudes et du dos
- contact léger des pieds avec le sol (sans choc pour les articulations)
- amplitude naturelle des mouvements respectant la constitution physique dans une complète    détente musculaire.

Une pratique régulière permet de conserver une bonne intégrité physique, une capacité fonctionnelle et agit bénéfiquement sur la mémoire, la coordination, l'équilibre, la respiration, la circulation sanguine et, plus globalement sur les systèmes digestif et locomoteur. Elle peut participer à renforcer une santé déficiente.

En conclusion, bien que le Tai Ji Quan intègre le champ des arts martiaux chinois – enchaînements stylisés de techniques d'attaque et de défense – sa pratique peut être envisagée sous différents angles :

- comme une discipline d'entretien du corps et de maintien du capital santé
- comme une discipline martiale dans le cadre d'une exécution plus rapide des techniques et dans une dimension plus large de self-défense.

Pour voir une vidéo d'un entrainement aux applications martiales, cliquez ici :
201211-taiji.png

 

 

 

 

Taiji